La lettre à Lulu
Lulu 61 - novembre 2008

Promo. Le siège s'asseoit sur le permis


L'aménagement sans ménagements, voilà la clef du management durable.


Promo. Le siège s'asseoit sur le permis
Promoteur dont on parle, Bernard Brémond serait même un promoteur post moderne: autodidacte, fils de maçon, aujourd'hui converti à l'écologie, entouré de sociologues, d'historiens, de géographes et de paysagistes durables. A Vigneux-de-Bretagne, ce vertueux de l'urbain new look vit et travaille dans un domaine qui sert aussi de siège paysagé à son entreprise. L'aménagement raisonné de la nature s'y inspire du très à la mode Gilles Clément. Une fois par semaine, un mini marché bio est organisé sur place pour les salariés. Le patron éclairé confie même cet été à Libération qu'il se considère à peine promoteur, et qu'à son sens, la profession est le plus souvent pratiquée par des “voyous“. Mais il doit bien reconnaître aussi que la dernière extension de ses bureaux s'est faite un peu à la hussarde. “À la voyou“, concède-t-il un peu gêné. En fait, il a carrément établi ses nouveaux bureaux modulaires sur des terrains inconstructibles. Sans le moindre permis de construire. En contradiction avec le plan d'urbanisme local. Après avoir râlé, la municipalité a fini pas entériner l'entorse faire la plus grosse entreprise de la commune. Qui plus est de la partie.

Mais ces derniers temps, le même promoteur écoloïde connaît quelques désagréments avec une autre municipalité péri-nantaise, Thouaré-sur-Loire. Le groupe Brémond a pourtant là un client en or. Il a séduit la précédente équipe municipale au point de se voir confier au fil des ans la totalité des terrains constructibles en opérations groupées, soit un potentiel d’environ 2 000 logements dont 1 400 sur 20 ans dans la seule Zac des Deux ruisseaux.

Il faut dire que notre homme d’affaires s’y entend pour prendre une longueur d’avance sur ses confrères. Son bureau d’études, créé il y a quelques années, fait plancher architectes, sociologues, géographes et autres urbanistes sur les études préalables aux aménagements. Bien commode pour proposer ensuite ses services de promoteur aux élus: présent en amont des projets, le groupe noue à ce stade d’utiles contacts (comme Véolia, voir "Y'a du ciblé à se faire".

Le nouveau maire de Thouaré hérite de ce fournisseur exclusif et commence à tousser. Trop grosse, trop longue, l'opération des Deux ruisseaux. Surtout que la commune est déjà une des plus endettées de l'agglo. Justement à l'agglo, Nantes métropole est peut être allé un peu vite en s'engageant, avant les municipales, à financer voirie et réseaux divers. Le hic, c'est que la compétence de la communauté urbaine ne s'applique pas à ce genre de ZAC dédiée à l'habitat. Mais Brémond ne va pas laisser démolir par de tels arguments. Ce promoteur, il est béton.

Lu 976 fois













La Lettre à Lulu : RT @Fakir_: Une piscine à Brégançon pour préserver leur intimité. C'est vrai, quoi, les Macron ont droit à la protection de leur vie privée…
Samedi 23 Juin - 21:51
La Lettre à Lulu : RT @Maitre_Eolas: Mais bande de cretins l’AME n’est pas un cadeau fait aux sans papiers, c’est une mesure de santé publique. Vous préférez…
Samedi 23 Juin - 21:51
La Lettre à Lulu : RT @NONago_NDDL: Lundi, mardi et mercredi, chacun-e est conviée à un chantier nettoyage de la zone autogéré #zad #NDDL, c'est à dire: tu p…
Samedi 23 Juin - 21:50
La Lettre à Lulu : RT @Reporterre: « Il s’agit de savoir si on veut plus de fermes à taille humaine, des installations, des expérimentations agricoles. Les p…
Samedi 23 Juin - 21:49
La Lettre à Lulu : RT @KEMPFHERVE: Forte enquête de @Bastamag sur les 478 personnes tuées par la police depuis 1977. Dont 56 enfants ou mineurs ! La violence…
Lundi 18 Juin - 15:46