La lettre à Lulu
N°8 - décembre 1996

Rapportage : plus fort que Xavière ! Monsieur d’Inville, rendez l’argent !


Impôts locaux : ne cherchez plus ! La Ville de Nantes a casqué 892 352 F un rapport bidon. De quoi déboulonner Xavière du livre des records.


Rapportage : plus fort que Xavière ! Monsieur d’Inville, rendez l’argent !
Écrivain en vue, Xavière Tibéri se fait payer chèrement ses pages. Nantes enfonce le record, avec un texte à la légèreté inversement proportionnelle au prix : l’étude de faisabilité pour un projet de "Cité des Médias". Les 30 modestes pages de cette "étude" qui sonne creux ont été commandées entre officines sous tutelle du maire et facturées 892 352 F. Vous avez bien lu. Heureux rédacteur ? Jean Amyot d’Inville, aujourd’hui directeur du Centre de communication de l'Ouest, Tour Bretagne.

Le "rapport" fut commandé en janvier 1991 par Nantes Atlantique Développement (président Jean-Marc Ayrault) à la société "Nantes TV câble" (président Patrick Mareschal, 1er adjoint du premier). "Le contenu du document remis fin 92 est d’une qualité qui ne justifie pas le coût payé" note avec euphémisme la Chambre des comptes en février 95. Qui épingle un recensement très bref des besoins et attentes des partenaires (apparemment limité à une liste d’adresses), une définition elliptique du concept, et une imprécision des conclusions. À 29 745 F la page, Nantes est près de cinq fois plus cher que le rapport bidon de la première dame de Paris. Xavière, ptit bras ! Vas-y Jeannot, t’es l’meilleur !

Quand on lui demande à quoi a correspondu ce montant, Jean Amyot d’Inville essaye un "je ne me souviens plus" peu convaincant. Ne serait-ce pas une indemnité déguisée pour résilier son contrat de directeur du palais des Congrès, signé sous la municipalité Chauty ? "Peut-être bien, je ne sais plus. C’est vieux, tout ça. J’aurais peur de dire des bêtises… Il faut interroger Nantes Atlantique Développement". Qui renvoit aussitôt la patate chaude à Patrick Mareschal. Qui est débordé : en quinze jours, il n’a pas trouvé une minute pour répondre. Le cabinet du maire adopte le même silence assourdissant.

Qu’a fait Jean Amyot d’Inville de ce pactole ? Mystère et boule de comm’. D’autant qu’il n’a pas besoin d’un centime pour s’adonner à ses passe-temps favoris : outre le tennis et la marche, il a noté dans l’annuaire des "444 Têtes de Loire-Atlantique" que ses passions sont "plaisanter au bureau, se moquer des snobs, éplucher la salade" mais aussi* "concrétiser des projets à priori irréalisables". Concrétiser des honoraires à priori, c’est déjà pas si mal.

* dans l’édition de Mayenne

Lu 3199 fois













La Lettre à Lulu : RT @frapdessins: #Remaniement La solution est pourtant évidente... https://t.co/vNVLWfMvcQ
Samedi 13 Octobre - 15:04
La Lettre à Lulu : RT @ijarjaille: A #Rennes et #Nantes, Vinci profite à plein de l’abandon de #NDDL. @MediacitesNtes a consulté en exclusivité un rapport de…
Jeudi 11 Octobre - 15:55
La Lettre à Lulu : RT @frapdessins: #5e_République : c'est plus ce que c'était ! #Macron #Benalla #Collomb https://t.co/m4lns8OWbf
Dimanche 7 Octobre - 19:00
La Lettre à Lulu : S’appelle comment ??? https://t.co/S3XeeYkXYA
Dimanche 7 Octobre - 18:58
La Lettre à Lulu : Kita et ses petits commerces... lire aussi https://t.co/LKp7CNRMW6 https://t.co/6FI3AMq67k
Vendredi 5 Octobre - 10:02