La lettre à Lulu
Lulu 100

Refaisabilise-moi ça

Salut vieille branche


Faisabilisable, l’Arbre aux pigeons ? Les pré-études s’accumulent.


Refaisabilise-moi ça
Un Arbre aux pigeons, ça s’étudie en long en large et en travers. Quatorze ans que ça dure. Présenté au directeur des espaces verts nantais en 2002, le projet est en « phase d’études » de 2004 à 2007*. C’était « dans le cadre des échanges entre services dans la gestion des Machines de l’Île, il n’y a pas eu d’études spécifiques », dit aujourd’hui Nantes métro à Lulu sans indiquer le coût public. Nouvelles études en 2015 : « Pierre Oréfice, directeur des Machines de l’île, a confirmé travailler actuellement, avec une dizaine de collaborateurs, à une étude de faisabilité et d’attractivité concernant l’ambitieux projet d’Arbre aux hérons » (20 Minutes, 28/04/2015). Faisabilité ? Non non, c’était juste « pour identifier les impacts en terme d’attractivité du territoire pour un tel projet », selon Nantes métro. Pas de coût annoncé non plus. Le 10 février 2017, le conseil métropolitain vote deux millions de subvention (sur 4 M€, le reste devant venir de fonds privés), finançant un « marché de prestations avec les auteurs, Oréfice et Delarozière pour la réalisation de pré-études » sur deux ans. Objectifs : « finaliser la conception de l’Arbre aux hérons ; travailler à son intégration dans l’environnement ; vérifier la faisabilité technique de l’œuvre dans le cadre des contraintes du site ». Le 13 octobre, 700 000 euros votés pour  le « coût de conception et de réalisation des prototypes ». Le 8 décembre 2017, nouveau vote octroyant 2,43  millions à Delarozière et Oréfice, soit deux ans de pré-études pour « vérifier la faisabilité technique de l’œuvre dans le cadre des contraintes du site et d’en stabiliser le coût de réalisation » et ses conditions d’entretien. Et en plus, 140 000 € de droits d’auteurs pour les deux mêmes. Sans compter 636 000 € d’autres études (contrôle technique, ancrage au sol, sécurité, accès handicapé), mais qui sont ouverts en marché d’appel d’offres. Le tout intégré au budget de 35  M€, selon Nantes métro. Sauf les dépenses d’avant 2017, au montant inconnu. Ce futur « centre de profit » selon la terminologie métropolitaine, a surtout l’air d’un épicentre de dépenses versées à deux éminents faisabilistes.

Jean-Marie Pelleteur

* Carnet technique n° 1. La végétalisation de l’arbre aux Hérons, publié par la SEM culture & patrimoine en juin 2007, à livraison de la branche prototype.


Lu 21 fois