La lettre à Lulu
Lulu 93 - juillet 2016

Royalties de luxe

Nantes capitale risque



Spécialisée en «développement de projets à impact positif», la start-up nantaise We do good qui anime une «plate-forme de financement collaboratif à redevance»* s’est d’abord appliquée le système à elle-même. Mi-janvier, elle annonce une levée de fonds de 120 000 euros en deux mois. Mi-mars, patatras, la belle méthode de la start up attrape-flouze n’a collecté que 67 000 euros auprès de 432 personnes qui attendent des royalties de leur mise. Placer des billes sur une boîte qui patine à mi-chemin de ses objectifs, c’est pas un peu risqué ?
*  Prononcer royalty crowdfunding, bande d’ignares !

Lu 23 fois