La lettre à Lulu
n°22 - fév

Sang Sylvestre. Dix ans de réveillons maudits


De Villliers n’aime pas les anniversaires. Il a maudit le Bicentenaire de 89, il exècre qu’on fête tous les ans le nouvel an.


Au dernier réveillon, Philippe de Villiers a eu le cotillon amer. Il y a dix ans, le 31 décembre 1988, un homme, Jean-Franklin Yavchitz, directeur des services du département congédié comme un malpropre par le Vicomte quelques jours après son accession au trône, a eu le manque de tact de se faire sauter le caisson dans le bureau de Villiers. Qui a dû changer de bureau, trop lourd de reproches. Ce suicide accusateur a gaché un réveillon qui s’annonçait doublement sympa, puisqu’il coïncidait avec le mariage du lieutenant du Vicomte, l’ineffable Bruno Retailleau. Depuis, tous les réveillons ravivent de mauvais souvenirs.

Dans un livre racontant son parcours*, Madeleine Lelièvre, femme de caractère, féministe, centriste de droite, farouchement rebelle à une soumission au Vicomte, publie une lettre qu’elle adressa peu après au procureur de la république : "J’affirme sur l’honneur que peu de jours avant sa destitution, le directeur général m’a dit : "De toutes façons, si je dois partir (il n’en était pas sûr), les choses se passeront bien. Philippe est un vieil ami." D’un autre côté, la haine d’un vice président du Conseil général pour J.F. Yavchitz était légendaire. C’est lui qui prit la tête du mouvement des élus qui réclamèrent la destitution du directeur sur le champ -ceci en échange de leurs voix. Et c’est ce marché honteux qui a tué. Il fut chassé comme un laquais, pire, comme un malhonnête( …) A tort sans doute, J.-F. Yavchitz s’est cru déshonoré devant ceux qu’il aimait : sa famille, ses amis, ses relations professionnelles et politiques. Il s’est donné la mort. Je pense, et beaucoup de Vendéens avec moi, qu’il a été moralement tué. (…) M. de Villiers connaissait la sensibilité de son ami et son sens de l’honneur qui primait tout chez lui -orgueil pour certains, dignité pour d’autres.

M. de Villiers en rendant déshonorantes les conditions de départ de J.-F. Yavchitz, ne lui a-t-il pas posé amicalement la main sur la gâchette". Rien ne suivit cette lettre demandant d’ouvrir une enquête sur les mobiles du suicide.

Depuis Philippe de Villiers voudrait bien gommer du calendrier cette date du 31 décembre, qui, obstinée, revient tous les ans. Preuve que d’indignes salopiots lui en veulent vraiment.

<I>* "La passionaria du bocage", de Madeleine Lelièvre, 216 p, 95 F, auprès de l’auteur, Le Bignon, 85500 Les Herbiers.</I>

Lu 4928 fois













La Lettre à Lulu : RT @Reporterre: #NDDL Le mouvement contre l’aéroport rouvrira la route des chicanes lundi matin https://t.co/qz7IfIxiIt https://t.co/Y8enh1…
Samedi 20 Janvier - 19:10
La Lettre à Lulu : RT @ValKphotos: #zad #nddl / A la recherche de la mystérieuse cache d’armes de Notre-Dame-des-Landes Voilà la vérité nue : la cachette n’e…
Samedi 20 Janvier - 10:32
La Lettre à Lulu : En juillet dernier, dans le numéro 97, Lulu, à la pointe de l'actu, vous présentait la nouvelle députée bauloire LR… https://t.co/7kuchC8fU7
Vendredi 19 Janvier - 18:44
La Lettre à Lulu : Dans La Lettre à Lulu N°98-99. Amiante dans la Tour Bretagne. Un des employeurs concernés, la direction du Travail,… https://t.co/tdI6IH0zOQ
Vendredi 19 Janvier - 17:57
La Lettre à Lulu : RT @LELeduc: La venue du Goncourt Vuillard dans la #ZAD de #NDDL attire l’attention sur la ( belle) bibliothèque, mais en fait celle-ci acc…
Vendredi 19 Janvier - 11:00