La lettre à Lulu
n°20 - oct

Si trouille. Mieux vaut mort-vivant que rien



Pour Halloween, le 31 octobre prochain, l’association des commerçants du Bouffay jette l’éponge. Pas question de payer une escouade de vigiles et de videurs professionnels, comme les y oblige une loi Pasqua pour un rassemblement de plus de 1 500 personnes. Chaque bistrot fera donc l’accueil des vampirettes et des morts-vivants devant son comptoir, sans coordination ni animation de rue, comme l’an dernier (danse macabre, musique, maquillage pour les retardataires) où le budget était de 200 000 F pour quelques 25 000 visiteurs. Comme quoi, même vivant, Pasqua réussit à faire suer les vampires d’un soir.

Lu 1520 fois