La lettre à Lulu
Lulu 53 juillet 2006

Speed expulsing. Les gênants du voyage


La caravanophobie a trouvé un allié de poids, le député-maire de Cholet, membre de la Commission consultative des gens du voyage.


Démissionne, démissionne pas ? À Cholet, le suspense a été aussi immense qu'éphémère. Le maire a repris sa dem' à peine posée. Pourtant, faute d'obtenir en urgence et par la force l'expulsion de caravanes de gens du voyage, le député maire UMP de Cholet a écrit le 23 mai au préfet du Maine-et-Loire qu'il rendrait son écharpe le lendemain. Puisque la police ne veut pas faire régner l'ordre quand il claque du doigt, il jette l'éponge ! Gilles Bourdouleix, que le fait de siéger par ailleurs à la Commission nationale consultative des gens du voyage n'étouffe pas, ne supporte pas le refus de la police de virer ces malpropres à roulettes de son terrain. Faut le comprendre. Un troupeau d'envahisseurs en caravanes - une soixantaine - s'est stationné sur le terrain de base-ball municipal. En route pour un rassemblement évangélique, le convoi est n'a pas trouvé de place ailleurs, les travaux d'une aire recevant ces grands rassemblements étant prévus pour septembre. «Je ne peux pas être responsable de la sécurité des Choletais et ne pas avoir les moyens d'assurer cette responsabilité», a dit l'élu, malgré l'absence patente de problème de sécurité. La seule présence sur sa commune de ces citoyens français est vécue comme une menace. L'air est au sécuritaire. Et ces romanos ne votent pas. Le maire dénonce «l'incurie de l'Etat qui n'est même plus capable de faire respecter l'état de droit». La préfecture se contente d'un rappel juridique : non, un maire ne donne pas ainsi sa démission, il peut la proposer au préfet qui a un mois pour refuser ou accepter. Non, l'expulsion d'occupants non autorisés d’un terrain n'est pas du ressort direct de la police ou de la préfecture, mais dépend d'une décision judiciaire, éventuellement en référé. Ce qu'a introduit le maire aussitôt. Si jamais la démission était acceptée, le maire était candidat à sa succession. De la pure gesticulation, donc. Il aurait au moins pu entamer une grève de la faim d'une après-midi. Avant les plages, pour la ligne, c'est pas mal. Mais ça ne lui suffit pas. Bourdouleix le brimé de l'expulsion expéditive bat le rappel, lance une pétition en ligne, «souhaite rallier l'ensemble des maires de France» autour de principes essentiels que sont, pour lui, accueil, expulsion et légalité : «On accueille, oui. Mais dans la légalité», dit-il. Mais tout principe ayant ses limites, le maire demande à changer cette légalité qui ne permet pas d'expulser ces indésirables avant qu'ils aient coupé le contact de leurs voitures et dételé leurs caravanes. Il voudrait pouvoir virer ces fauteurs de peurs sur simple arrêté municipal, sans décision de justice. Bourdouleix a même concocté la phrase lui donnant les pleins pouvoirs: «Le maire doit avoir autorité immédiate pour avoir recours aux forces de police nationale quand il y a occupation illégale d'un terrain, effraction ou atteinte à la propriété».
Dès qu'une caravane stationne sur un bout de terrain de sport municipal, on change de sport: flash ball pour tout le monde.

Django Hénarque

Lu 5424 fois













La Lettre à Lulu : @Legolasf44 @sobczak_andre Réponse dans le journal.
Mercredi 13 Décembre - 15:53
La Lettre à Lulu : Pour rendre hommage à François-Régis qu'on regrette déjà, replongeons dans un de ses grands reportages. https://t.co/jiuJKtjKza
Mercredi 13 Décembre - 12:58
La Lettre à Lulu : La Lettre à Lulu 98-99 en kiosques demain. Voilà déjà la une... https://t.co/DWLuTQoQQA
Mercredi 13 Décembre - 12:56
La Lettre à Lulu : RT @LeRavijournal: Sauvons le Ravi ! C'est le message que relaye aujourd'hui l'hebdo @Politis_fr Merci confrère ! Participez au #CouscousBa…
Lundi 11 Décembre - 11:09
La Lettre à Lulu : RT @rayclid: Being Donald Trump #Trumpjerusalem #cartoon https://t.co/ulEZNyKqBn
Lundi 11 Décembre - 11:08