La lettre à Lulu
Lulu 101

Tagadac tagadac



  • Preuve par quinze
L’appel à projet des 15 lieux à réinventer, avec 81 projets d’associations soumis dont 40 d’emblée récusés par la Ville, a produit ses effets pervers. La mise en concurrence des 41 projets retenus a poussé chacun à investir en frais de com pour mener campagne : flyers, créations visuelles et logos, campagnes de boîtes à lettres et par courriel, documents de promo. Ce qui transforme les propositions d’asso en compétition sanctionnée par un vote « citoyen » qui n’a mobilisé que 7 015 votants et copains. Il y a même un recours au tribunal administratif du Cobadou, collectif des bains douches qui a évité que la cheminée ne soit décapitée en 2008 et n’a pas été retenu sur la short list des cinq candidats.
 
  • Pipi de Chatelaine
Réparé après incendie, le passage de La Chatelaine ne rouvre qu’avec deux commerces et cinq locaux commerciaux vides. Le proprio de la galerie confie avoir « beaucoup travaillé sur la luminosité de l’ensemble de façon à créer un sentiment de sérénité et d’envie d’y circuler ». Ce sentiment de désir de circulation est risqué. L’envie pourrait se réduire à : Circulez, y'a rien à voir.
 
  • Lance-pierrisme sans peine
Pour le divertissement de rue #Carrementbiscuits, Nantes métropole a joué avec le feu en installant place Bretagne une fête foraine « version cyberpunk » avec « initiation aux patins à roulettes, tir au lance-pierres et épreuve du marteau » (Presse-O, 25/05). Patins, roulettes, passe encore, mais peut-on laisser le savoir-faire casseur se dispenser sans formation encadrée ? Un CAP, un BTS, sinon rien !
 
  • À en perdre la tête
Âmes sensibles, ne lisez pas l’histoire gore de ce brave homme décapité. Ouest-France insiste, ressasse trois fois la scène du crime : « Le corps de ce sexagénaire était dans la maison, la tête dans le jardin » (31/05). Avec une infinie finesse du commentaire : « Selon toute vraisemblance, il s’agirait d’un acte de nature criminelle ». Sans déconner ? Tout faux. Mort naturelle révèle l'autopsie. La tête arrachée, c'est le chien du monsieur, avec qui il vivait seul. C'est ça le vrai drame : les morts ne nourrissent plus leur clebs.
 
  • Le feu couve, couvre-feu !
Le 13 avril, Nantes métropole a débloqué 6 500€ pour adhérer à l’association nationale d’élus « Ville & aéroport », opposée mordicus à la privatisation d’Aéroports de Paris, donc à Vinci... Quelle hargne subite ! Puis « Ville & aéroport » a soutenu à Francfort l’extension du couvre-feu entre 22 h et 6 h du mat. Mme Rolland cherchait justement une bonne méthode pour calmer ses quartiers populaires.

 

Lu 63 fois