La lettre à Lulu
Lulu 94-95 - décembre 2016

Ton papa aussi, il est géostratège ?

Carte biseautée


Le collège, c’est un placement social. Quitte à fuir les bahuts mal placés.


Un collège flambant neuf avec 22 à 23 élèves par classe, paradis pour les enfants et les enseignants ? Oui mais non. Il existe un bahut, Sophie-Germain*, qui, six ans après son ouverture, accueille à peine 250 potaches au lieu des 300 prévus. Il fonctionne dans une culture de projet, caractéristique du réseau d’éducation prioritaire. Chaque élève bénéficie de l’accompagnement de deux PP (petit nom pour « prof principal »). Ah oui, au fait, ce collège se situe dans le quartier Pré-Gauchet, autrement dit, à deux jets de pétard de Malakoff, ses barres de HLM et ses Noirs, Beurs et Blancs pauvres. Carrément effrayant pour nombre de parents lobotomisés par la bé-effémisation ambiante. Cas concret avec les CM2 de l’école Stalingrad : selon la carte scolaire, 16 d’entre eux, soit les deux tiers de l’effectif, auraient dû rejoindre Sophie-Germain en passant en sixième en septembre dernier. Au final, seuls deux y ont fait leur rentrée. Inscriptions dans le privé, options opportunistes dérogatoires (arabe ou chinois, mais sans vrais Arabes ou Chinois) ou, mieux, déménagement (si, si) : la stratégie de l’évitement des familles est sans limite. Pendant ce temps, ados et pré-ados de familles respectables se serrent comme des sardines à Victor-Hugo, quartier Talensac, autrement trié sur le volet social. Mais surchargé, à 30 par classe. L'ambiance y est si saumâtre que le proviseur rame pour trouver un PP par classe. Mais tremblez, ô géniteurs inconscients ! La collectivité compétente, le département, affiche une détermination sans faille à « renforcer la mixité sociale au collège » et à « lutter contre les inégalités scolaires ». La Loire-Inférieure fait même partie d’une expérimentation conduite à l’échelle nationale. Avec des ateliers de géographie pour les parents et un seul sujet d’étude, la carte scolaire.
 
Augustin Freineur
 
* du nom de la mathématicienne du XIXe qui dut affronter le crétinisme et le machisme des scientifiques de l’époque.

Lu 9 fois














La Lettre à Lulu : RT @Lindgaard: L'Etat ne veut pas d'un "nouveau Larzac" à #NDDL mais les usages collectifs des terres sont en plein essor, en lien avec l…
Samedi 21 Avril - 23:38
La Lettre à Lulu : Lulu a le plaisir de vous offrir le début de roman commandé l'an dernier à Patrick Dewdney par Ouest-France... qui… https://t.co/grltzyLIIw
Samedi 21 Avril - 19:04
La Lettre à Lulu : Ah ! Coconstruire... Johanna, sors de ce corps ! #Nantes https://t.co/ItgPcpC8sA
Samedi 21 Avril - 18:11
La Lettre à Lulu : Les protagonistes apprécieront... #ZAD https://t.co/UezZ6kH2Py
Vendredi 20 Avril - 08:28
La Lettre à Lulu : RT @Clyde_Barrow_: Ben ouais, l'écologie c'est quand on est accroché à un hélico à observer les hippopotames, tout en étant sponsorisé par…
Jeudi 19 Avril - 17:51