La lettre à Lulu
Lulu 70 - novembre 2010

Un coup d’Barre et ça repart



Histoire d’une fragilité programmée. Lancé par Raymond Barre en 1977, le pacte pour l’emploi des jeunes a poussé l’État à chercher des structures capables d’accompagner les chômeurs à la peine. Des associations s’y collent, petites, disséminées : fini le temps des bénévoles, on embauche. Et plutôt des gens assez diplômés. Chacun se spécialise, Culture & Liberté vers les formations en français et les emplois à domicile. Un marché se crée mais on n’y fait pas fortune. À partir de l’an 2000, l’État passe le relais aux régions pour la formation, aux départements pour les Rmistes puis le RSA. Les appels d’offres sont cadrés par des cahiers de charges de plus en plus draconiens, obligeant les structures à étoffer leur personnel administratif pour alimenter le « reporting » sur les actions menées. Ce qui alourdit encore la masse salariale au détriment des effectifs des formateurs.

Lu 302 fois