La lettre à Lulu
Lulu 53 juillet 2006

Un pont trop loin. Le pompeux pont pompe-l'air


Un mégalouvrage conçu en Allemagne se tape l'incruste à Saint-Nazaire. Complètement pont, ce truc en suspens accroché en l'air, à 800 m au-dessus de l'eau!


Un pont trop loin. Le pompeux pont pompe-l'air
Jules Verne, galopin, p'tit bras, minable ! Deux étudiants en design de Karlsruhe ont récemment pondu un projet de pont géant censé relier Saint-Nazaire, Loire-Inférieure, à Bridgeport, Connecticut. Soit 3 439 bons vieux kilomètres au-dessus des planctons ébahis. À Saint-Nazaire personne n'est au courant. Les concepteurs, Kai Zirz et Michael Haas, s'en fichent. Ils estiment qu'il faudrait 35 ans pour achever le chantier. Ils prévoient 15 000 habitants par kilomètre de pont urbanisé. Soit un logement et du travail pour huit millions de personnes. Ces jeunots ont des naïvetés désarmantes comme : «S'il n'y a plus d'embouteillages, le comportement social des hommes pourrait s'améliorer et élever ainsi la prospérité sociale». Le modèle politique pour leur état artificiel autonome, c'est la confédération helvétique, mais débarrassée de ses partis politiques. On va pas rigoler sur le pont, tout équipé en horloges en chocolat, et rompu au charme insidieux de la délation du moindre comportement suspect. De plus, selon les concepteurs, chaque citoyen serait soumis au devoir de dédier une demi-heure par jour aux activités civiques et politiques, et donnerait une demi-journée par semaine de travail bénévole pour le bien de la collectivité, « jardin d'enfants, service de groupement de voiture, bibliothèque ou service de la sûreté » disent les jeunes concepteurs.
La milice comme engagement obligatoire pour le bien commun ? C'est la veine totalitaire tapie sous l'utopie.

Cartes sur TAB

Leur projet de mégapont, nom de code «Transatlantic bridg », alias TAB, a été primé par Renault Allemagne. Ce machin monumental intégrerait un turbotrain, suspendu à un rail par électro-aimants et marchant à mach 2. Attention à pas laisser les bambins jouer trop près. Il est prévu une vingtaine de zones urbaines, une capitale, Horonto (« deux millions d'habitants », décrètent les visionnaires), mais aussi des sections industrielles, des centrales électriques, des raffineries puisant pétrole et gaz sous le plancher des vagues, bref tout qui empoisonne la vie, soigneusement étalé sur un axe est-ouest au lieu de bouffer l'espace dans tous les sens.
La fantaisie mégalo ne s'embarrasse pas de menus détails techniques. Ainsi, le mégapont en acier et béton doit être suspendu à 800 m au-dessus de la mer, par un harnachement de câbles, à trois satellites en orbite stable, géostationnaire. Ces ancrages flottant dans les airs, tenus par la force centrifuge de rotation de la terre doivent compenser le poids du pont. Mais ne dites rien aux Nazairiens, qui se fâcheraient si on le traite de têtes de pont.

Aimé Gallot

Lu 2091 fois













La Lettre à Lulu : @Legolasf44 @sobczak_andre Réponse dans le journal.
Mercredi 13 Décembre - 15:53
La Lettre à Lulu : Pour rendre hommage à François-Régis qu'on regrette déjà, replongeons dans un de ses grands reportages. https://t.co/jiuJKtjKza
Mercredi 13 Décembre - 12:58
La Lettre à Lulu : La Lettre à Lulu 98-99 en kiosques demain. Voilà déjà la une... https://t.co/DWLuTQoQQA
Mercredi 13 Décembre - 12:56
La Lettre à Lulu : RT @LeRavijournal: Sauvons le Ravi ! C'est le message que relaye aujourd'hui l'hebdo @Politis_fr Merci confrère ! Participez au #CouscousBa…
Lundi 11 Décembre - 11:09
La Lettre à Lulu : RT @rayclid: Being Donald Trump #Trumpjerusalem #cartoon https://t.co/ulEZNyKqBn
Lundi 11 Décembre - 11:08