La lettre à Lulu
Lulu 56 - mai 2007

Une fifille en pleine réforme

Peberoque


La fréquentation du Médef est déconseillée aux enfants. La lecture des journaux est dangereuse pour les bébés. Faites passer.


Une fifille en pleine réforme
Le même jour*, le patron d'Ouest-France nous fait la leçon sur une France centrée sur elle-même, nombriliste, coincée par son "hexagone mental" et qui aurait abdiqué, délaissant son rôle à jouer dans le monde des grandes puissances. Tout ça la faute au méchant non au référendum que la morale et François-Régis réprouvent méchamment. Le boss est animé par une philosophie de domination qui consiste à penser qu'on n'existe que si on est une grande puissance, contrôlant les autres. La fifille ressert la même sauce quatre pages plus loin. La rejetone du boss rend compte d'un bouquin où s'exprime Michel Pébereau, sans dire que c'est le patron de BNP Paribas, préférant l'introduire comme membre de l'Institut de l'entreprise, machin présenté par Jeanne-Emmanuelle Hutin comme un "groupe de réflexion indépendant des syndicats et des partis". Souligner cette indépendance vis-à-vis d'instances aussi coincées et néfastes laisse entendre que ce groupuscule est objectif, impartial, neutre, au-dessus des passions. Ce truc si indépendant est quand même une pure création patronale, faite par les patrons militants pour dire tout le bien qu'il fait penser du capitalisme rédempteur. On y retrouve des membres indépendants de tout et de rien comme le Medef, les groupes Accor, AGF, Alstom, Arcelor, Areva, Carrefour, Danone et Pernod-Ricard, la compagnie financière Edmond de Rothschild, pratiquement toutes les banques, des cimentiers et des pétroliers comme Total, les fabricants d'armes comme Thalès. Autant de hérauts de notre temps incarnant la modernité du capitalisme qui va de l'avant, pourfendant l'hydre des hideux archaîsmes rétrogrades. Cet institut très marqué, vraie succursale du Medef, est volontiers qualifié de "fer de lance de la réflexion patronale"**. Quant à Pébereau l'indépendant, l'animal est aussi membre du Siècle, un éminent club de réflexion (on dit think tank, siouplait) qui réunit les plus puissants et les top influents de la classe dirigeante française. Tous indépendants, comme il se doit. Ainsi, Michel Pébereau a une indépendance d'électron libre type: il est à peine polytechnicien, tout juste ancien conseiller de  Giscard, a très légèrement fait carrière dans la banque et l'assurance, jusqu'à présider, mais sans le faire exprès, la BNP. Son désintéressement est allé jusqu'à se propulser administrateur de diverses sociétés, Lafarge, Saint-Gobain, UAP, les Galeries Lafayette. Et accessoirement  se faire bombarder membre du conseil exécutif du Medef, dernièrement en charge de réfléchir au devenir des universitéspour ce lobby patronal. L'indépendance comme une ligne de vie. La vénération que Fifille Hutin a pour cet électron libre la pousse à redonner la parole au même lascar et à son compère Bernard Spitz le lendemain, et le surlendemain sous forme d'édito. Le titre de l'article:  "Non, les français n'ont pas toujours peur des réformes". Une vraie chargée de com, la Jeanne Emmanuelle. Ancien directeur stratégie chez Vivendi Universal, ancien conseiller de Rocard à Matignon, ce Bernard Spitz préside BSConseil, une société de conseil en stratégie et en communication. Le bonhomme est aussi secrétaire général d'En temps réel, un "think tank" où il croise Laure Adler et Laurent Joffrin, Pascal Lamy, le patron de l'OMC, l'Organisation mondiale du commerce, le PDG de la Fnac Denis Olivennes, ou Antoine de Tarlé directeur général adjoint d'Ouest-France et patron de Ouest-France multimedia. Ce n'est donc pas seulement en hommage à l'esprit d'indépendance, et à l'esprit tout court que Miss Hutin a choisi ses braves gens. C'est par pur hasard.  Et la pureté, c'est tellement rare, de nos jours.
 
Laurent Parisette

* Ouest-France, le 20 janvier 2 7

Lu 62 fois













La Lettre à Lulu : RT @LELeduc: La venue du Goncourt Vuillard dans la #ZAD de #NDDL attire l’attention sur la ( belle) bibliothèque, mais en fait celle-ci acc…
Vendredi 19 Janvier - 11:00
La Lettre à Lulu : RT @Reporterre: #NDDL "Et toujours des bises, des bras enveloppants, et des abrazos entre des gens qui ne sont jamais sentis si proches, bi…
Jeudi 18 Janvier - 11:39
La Lettre à Lulu : RT @TBrochot: Le communiqué du Parti Socialiste. Regardez bien le logo, en dessous du poing et la rose, il y a toujours écrit "social-écol…
Mercredi 17 Janvier - 20:47
La Lettre à Lulu : Et pour ceux qui n'auraient pas suivi, toutes les saisons de la série ! (dessin : Frap, Lulu 65, juillet 2009)… https://t.co/S21kwhDjZZ
Mercredi 17 Janvier - 17:07
La Lettre à Lulu : Souvenirs : il y a près de dix-sept ans (!), le premier papier (début d'un long feuilleton) dans Lulu (numéro 33, é… https://t.co/iQ5EsvsmeD
Mercredi 17 Janvier - 16:50