La lettre à Lulu
Lulu 65 - juillet 2009

Urssaffairisme. Synergie anthrax que dalle



Anthrax et inadvertance

Synergie rétorque avec un plainte pour « abus de droit, menace et chantage » en prétendant avoir reçu une enveloppe chargée d'anthrax, émanant de l'Urssaf et curieusement ouverte en présence d'un huissier. On n'est jamais assez prudent. Un bon huissier au service courrier, en contrat intérim, ça se trouve. Le directeur régional prétendra que ces documents volés ont été « faxés par inadvertance » et sont arrivés anonymement et par courrier au siège parisien, même s'ils ont été postés juste à côté des bureaux de Synergie. Pour les contrats non conformes à ceux fournis aux intérimaires, il s'agirait d'« erreurs de recopiage »**. On ne trouve plus de bons moines copistes sur le marché.

Synergie s'est aussi dit victime de « diffamation que l'Urssaf aurait commise en liant le suicide d'un employé de l'Urssaf et les conditions de contrôle du litige ». L'Urssaf n'a pas obtenu de dommages et intérêts sur ce sujet, les juges considérant que les victimes ont été les agents, pas l'institution en tant que personne morale. 48 000 euros, somme toute, c'est une timide ponction sur le chiffre d'urssaffaires de la société d'intérim Synergie (1,2 milliards d'euros en 2008). Pour l'escroquerie, et faute de « preuve de l'intention frauduleuse », Augereau bénéficie d'un non-lieu au bénéfice du doute. Tout bénef. Pour le reste, il s'est pourvu en cassation. Pendant l'anthrax, l'intérim continue.

* Ouest-France, le 17 octobre 2003
** Ouest-France, le 6 octobre 2004

1 2


Lu 1393 fois