La lettre à Lulu
Lulu 73 - juillet 2011

Y a PLU. Le maire bichonne les poules-moules-frites


Préfailles, ses plages, son règlement d’urbanisme. Mais v’la t’y pas que le maire s’assoit dessus.


Y a PLU. Le maire bichonne les poules-moules-frites
La nature, y en a marre. À bas la verdure. Pas d’entrave à la liberté de coller des bouses, même là où c’est interdit. À Préfailles, l’urbanisme défaille. Le maire autorise des installations là où c’est prohibé, au mépris de ses propres règles. Le papa du policier municipal ouvre pour la saison estivale sa « mini ferme » d’attraction avec présentation d’animaux de basse-cour, château toboggan gonflable, poney-moules-frites, crêpes et glaces. Pour le bureau et l’accueil des clients, un mobil home gris vert et une cabane en bois. Détail, le plan local d’urbanisme (PLU) dit que le terrain est en zone Nd, affecté « à la protection des sites des milieux naturels et des paysages », là où « sont interdites toutes occupations et utilisations du sol, notamment le stationnement de caravanes, de campings car ou de résidences mobiles de type mobil home, habitées ou non sur un terrain nu ». Le maire, Jean-Luc Le Brigand (ne lui dites rien sur son nom, il a déjà tout entendu) a l’air de s’en tamponner. « Il y a une dérogation, une tolérance saisonnière », dit d’abord la secrétaire générale de la mairie. Le PLU n’a prévu aucune dérogation pour activité saisonnière de loisir. « Non. Ce n’est pas une dérogation, juste un courrier d’autorisation. Non, il n’est pas motivé en droit, concède Jean-Luc Le Brigand. De temps en temps, le bon sens doit agir. Il faut appliquer la loi de façon intelligente. C’est une installation démontable en zone non constructible pour une activité éco-touristique, pas une habitation. Si certains ont une interprétation différente des textes, le tribunal administratif peut-être saisi... ». Démarche improbable de se lancer dans plusieurs années de procédure pour contrer une activité saisonnière terminée dans trois mois.

Ironie du sort, le dernier bulletin municipal enfonce le clou question bricolage avec les règles: « Le service urbanisme de la commune rappelle qu’il est interdit de stationner caravanes, mobil homes et de construire des cabanons en bois on en dur sur les terrains dits de loisirs situés en zone naturelle. Aucune tolérance n’est appliquée en la matière et tout contrevenant est susceptible de poursuites ». Passons sur la tambouille au milieu des animaux de ferme, les dindons et les poulets savent très bien lire les règlements sanitaires.

La procédure légale voudrait que le policier municipal dresse procès-verbal pour occupation illégale de terrain, en infraction flagrante au règlement d’urbanisme, défaut de licence restaurant, absence d’inscription au registre du commerce, avant de sommer le contrevenant de démonter fissa sa cabane. Mais le fiston collant un PV à son paternel, c’est pas un scénario prévu.

La nature mérite bien le grésillement des friteuses, le caquètement des poules et le cataclop des poneys. C’est bien connu, chassez la zone naturelle, elle revient au galop.

Georges Horouelle

Lu 390 fois













La Lettre à Lulu : RT @LELeduc: #NDDL Le regard ironique de Télérama sur les fantasmes de ces animateurs qui ne vérifient rien, ne vont pas sur le terrain, se…
Dimanche 17 Décembre - 10:37
La Lettre à Lulu : À propos de Notre-Dame-des-Landes... Lulu suit l'affaire depuis un moment, retrouvez nos articles sur le sujet réun… https://t.co/HrJx1jbn1r
Jeudi 14 Décembre - 19:27
La Lettre à Lulu : RT @Reporterre: #NDDL L'édito de Hervé Kempf https://t.co/W01QChgyRe
Jeudi 14 Décembre - 09:13
La Lettre à Lulu : Et voilà le sommaire ! À vos kiosques ! https://t.co/ol9gm9LcGT https://t.co/OvwK5nVXIO
Jeudi 14 Décembre - 08:51
La Lettre à Lulu : @Legolasf44 @sobczak_andre Réponse dans le journal.
Mercredi 13 Décembre - 15:53