La lettre à Lulu
Lulu 51 décembre 2005

Zéro z'auto. Série pati-noire



Par un de ces miracles du briquet jetable, aucune voiture n'a brûlé à Rezé début novembre. Par un de ces miracles de la communication, deux infos se sont mutuellement grillé la politesse, le même jour, dans le même journal : «Comment Rezé a échappé à la crise urbaine», * le maire vantant les bienfaits de la médiation : «Je suis persuadé que c'est par les relations humaines qu'on peut résoudre des conflits». Mais à deux pages de là, un autre article* contredit cette vertueuse stratégie : «Les patineurs n'ont plus de quoi glisser». La patinoire de Rezé a fermé, soigneusement dévastée en août par un vandalisme à tout casser. La patinoire a même failli cramer, les pompiers arrivant à temps. Les dégâts sont évalués à 110 000 € «grand minimum». Faute d'avoir su faire jouer les relations humaines, les sports de glace ont succombé à cette poussée de fièvre banlieusarde, et patin couffin.

* Ouest-France, le 24 novembre 2005

Lu 2118 fois