Nunuchipales

Scrutin, scrutine ! Vote-toi de là que je m'y mette. C'est l'air du moment. Avec ses petits bras et son esprit taquin, Lulu offre quelques couplets. Pas toute la chanson, juste de quoi reprendre les paroles les plus nunuches. Bienvenue en isoloire-inférieure. C'est nouveau, c'est La Lettre à Nunu - euh non, à Lulu -, accrochée à l'actu sur internet, au jour le jour, avant le premier tour. Un mini feuilleton à la petite semaine. Lulu, feignant ! Remboursez ! Ben justement, on n'a rien payé. Lulu est vraiment impayable (ce slogan est sponsorisé par une banque mais on sait plus laquelle).









Entre deux tours de passe passe ton tour


On ne peut pas connaître le goût de l'abstention par le récit des politologues avisés, les experts et les sachants. Petit tour d'horizon d'entre deux tours. Sachant que...

Par lulu ouaiblulumastaire le Jeudi 27 Mars 2014

Jonathan Josse, 25 ans, étudiant en droit, mais catégorie "droit courbe". Et même sinueux. 


Ce Jo-Jo-là est –mais doit-on dire "était"– en 44e position sur la liste écolo de Pascale Chiron à Nantes*. Il est passé chez Johanna Rolland une semaine avant le premier tourA voir son parcours perso, on se dit qu'il doit être super fiable.

le Samedi 22 Mars 2014

Satan, facho, le peuple aura ta peau !


À Nantes, Cricri Bouchet, tête de liste FN, est très branché Satan, même s'il raconte qu'il a raccroché. Dévoilée par Lulu, la n°2 sur la liste donne aussi dans les ténèbres extrêmement droites... Le satanisme, l'ésotérisme, les cultes dits « païens » ( c'est à dire ne relevant pas des grandes enseignes des religions) pourraient passer pour des curiosités crypto folkloriques.

le Vendredi 21 Mars 2014

Le coin des renégats


C'est le printemps, le temps des infidélités. C'est bien beau de divorcer avant les élections, mais qui va garder les enfants ? Au-delà des simples transferts, les listes dissidentes montées par d'anciens élus des majorités sortantes, c'est top tendance en cette saison.
 


le Vendredi 21 Mars 2014

À l'extrême droite de Satan


Il faut jeter un œil dans l'alchimie des listes. Celle du FN, tiens, au hasard...


Sur la liste FN à Nantes, la numéro 2 de la liste est officiellement « Andrée Duroux ». En fait pas tout à fait. Clotilde Duroux a préféré apparaître un peu masquée, utilisant son 2e prenom. Madame veut pas qu'on la reconnaisse. Clotilde Duroux, très barrée ésotérisme et protégée du n°1 Christian Bouchet, lui même féru de satanisme* quand il ne mène par le FN de Loire-Inférieure. Si Bouchet prétend s'être assagi côté obscur de la force, c'est raté.


le Jeudi 20 Mars 2014

Trafic de cadavres à Saint-Sébastien


Qui abus boira ?

Des cadavres disparaissent. Des cadavres de bouteilles de pinard. Quand les voitures des happy few, maire de Saint-Sébastien et son entourage, roulent dans toute la France, biberonnant de la gazole à tout va. Soupçonnant des abus, la justice a ouvert une enquête préliminaire.
   
Même avec les affaires qui roulent, il y a à boire et à manger. Et là, Joël Guerriau, le sénateur-maire de Saint-Sébastien-sur-Loire a l'air un peu stressé. Quand il reçoit Lulu, la voix pas très assurée, le bras qui tremble un peu sur l'accoudoir du fauteuil, il lit mot à mot le rapport qu'il a fait rédiger par ses services. Il y tient, il veut tout justifier, mais en fait là, non, il ne peut pas vraiment. Question de temps, selon lui. Il a bien tenté de reculer le rendez-vous. Les élections, ça occupe. 


le Mercredi 19 Mars 2014

L'atelier non mais allo quoi


La communauté urbaine implante une antenne qui sert à rien. Mais attention : citoyenne, l'antenne.

À partir de septembre 2012, un atelier citoyen s'est réuni pendant un an. Le but : préparer une conférence de consensus. Qui sert à quoi ? À donner un avis. Pourquoi ? Pour édicter une charte communautaire sur l'implantation des antennes relais de téléphonie mobile.

le Mardi 18 Mars 2014

Média et politique : une belle bande de contents


Presse bocale

Les politiques trouvent les médias parfaits. Les médias aussi se trouvent très bien. Un débat à la nantaise en vase clos. Le temps de parole des médias est géré par eux mêmes.

 

On se lève le matin avec un dilemme : la presse du coin couine-t-elle bien ou bien bien bien ? Et ça tombe bien, ce soir-là*, y avait un débat organisé par le club de la presse qui entendait répondre à cette question existentielle que tout le monde se pose en se levant le matin : « Les médias locaux répondent-ils aux attentes du public ? ». Pour y répondre, les médias avaient invité les médias, et même juste les chefs locaux, et comme justement, tiens, c'est campagne électorale, quelques politiques ont été conviés pour dire tout le bien qu'ils pensent de leur chers médias qu'ils en ont bien besoin en ce moment justement ça retombe très bien. [Attention, le mot « bien » apparaît trop souvent dans ce compte rendu. Et même bien trop souvent.] Le public ? On l'attend toujours.
 


le Lundi 17 Mars 2014

Les concertations, ça ose tout


Aux armes mitoyens !
C'est même à ça qu'on les reconnaît.
 
Voilà que la campagne annonce que la participation (alias « dialogue citoyen », « démocratie participative » et tout le tralala bla bla bla) qu'on a tant vanté à Nantes depuis 1996, ben ça valait pas tripette.
 
On se croyait citoyen, on était en fait « expert d'usage ». Et préposé au bon conseil consultatif. Mais finalement, toutes ces structures c'était nul, confient désormais les experts en expertise. Demain, on re-concerte gratis. Avec toujours plus de machins citoyens et de groupes de parole pour tout et rien.  

En période électorale, c'est marrant, on vous raconte volontiers qu'avant c'était nul et que désormais, hop, rien que du bonheur ce sera. Et comme s'il en pleuvait, mais pas trop, les inondations, même de bonheur, ça trempe vraiment trop les arpions. Parmi les coups de trompette électoraux, en voilà un sur la participation participative, qui entend enterrer une formule pourtant vantée à qui mieux mieux depuis des années par l'équipe Ayrault. 
 


le Samedi 15 Mars 2014

Le participe passé ne passera pas


Dîner de consultatifs

On se croyait citoyen, on est en fait « expert d'usage ». Et de bon conseil, en plus. Réunionites et parlotes sont organisées depuis 1996, mais finalement c'était nul. Demain on concerte gratis.

Poser le cadre de la gouvernance future, c’est donner en clarté les règles du jeu de la décision publique ». Elle cause comme ça, Johanna Rolland. Direct, populaire, réglée en clarté, jouant de la décision publique comme d'autres jouent du flutiau. Au rayon des nouveautés, son programme électoral prévoit de créer d'autres machins à concertationner, un « conseil nantais des usagers de l’espace public », un « conseil nantais de la nuit » et même un « conseil de l’émergence de la société civile verte », histoire de « favoriser le pouvoir d’initiative des habitants »


le Vendredi 14 Mars 2014

Consulte honoraire à Malakoff


Top of the flop
L'agora sans nom ne peut pas le rester. Un process démocratique synergique de participation descendante bien rodé s'en occupe.

La démocratie municipale, c'est tout un art, surtout quand elle se fait participativante. Surtout pour des enjeux d'importance. Exemple avec le choix stratégique, crucial et gordien, d'un nom à trouver pour une place à Malakoff et pour le centre commercial. Deux agences de com ont été sur le coup, un petit film a été réalisé, des gens interviewés, des réunions publiques organisées. Là bien sûr, faut se rendre à l'évidence : tout le monde s'en tape. Juste une petite douzaine d'habitants du quartier et encore, tous militants. 


le Vendredi 14 Mars 2014

Presse-Océan, le 5 février 2014
Ex « Forum du Livre », la libraire Chapitre à fermé le 4 février. Faisait 23 ans qu'elle était là, la librairie. Treize salariés sur le carreau. Dans un silence assourdissant. « En pleine campagne électorale, aucun élu ou candidat à la mairie de Nantes n'est venu nous soutenir », se désole la responsable de la librairie* les premiers jours. Faut dire que les candidats, qui sont venus après avoir été aux abonnés absents, se sont d'abord plus rués vers le mouvement d'actionnariat populaire au FC Nantes. Là, pas un n'a manqué. Mais les bouquins, c'est fatigant, faut lire, c'est écrit petit. Et les salariés de la librairie ont été gentils. Pas de tas de pneus qui brûlent, pas de périf bloqué, pas de patron séquestré, pas de préfecture saccagée. Ils pourraient peut-être rebondir en écrivant un bouquin : comment crever en tête de gondole un marque page à la main ? 


le Mercredi 12 Mars 2014

Slate.fr, le 11 février 2014
À partir de données de bureaux de vote collectés entre 2008 et 2012, trois chercheurs scrutent les votes par procuration. « À Nantes comme à Lyon, il est plus présent dans les bureaux du centre qu'à la périphérie. » Un vote a priori bourgeois, d’une « classe électoralement mobilisée, qui vote même quand elle ne peut le faire ». C'est aussi un grand classique de la fraude électorale et de la distorsion, le mandataire de la procuration pouvant très bien ne pas respecter la consigne de celui ou celle qu'il représente. Pour une vérité des votes, il faut supprimer les bourges.


le Mercredi 12 Mars 2014





LATUéLULULU ?


> Vert et noir

L'Écho de la presqu'île, le 18 février 2014

«  Nous n’avons pas de sous, pas de localNotre carburant, c'est l’économie verte », annonce le Nazairien Gilles Denigot avec sa liste « Changeons la ville ». Et le journal commente : « L’ex docker repart au charbon ». Au charbon? Pour le tonnage du port, quand Denigot était syndicaliste dissident, c'était tout bon. Mais pour la verte attitude, on repassera. Houille houille houille... Pourvu que Denigot finisse pas en énergie fossile. 


> Na ! Na ! Na !

Ouest-France, le 7 mars 2014

Faut tout lire, dans le journal. Même les listes électorales. A l'avant dernière ligne des trois colonnes détaillant les noms de la liste droito-centriste Bouguenais pour tous. Jeannine Levêque, 56 printemps, 32ème sur 33 colistiers, est créditée de la profession d'« aide-mégère ». Paraît que ça gagne mieux que vieille chouette stagiaire.


> Épreuve reine

Presse-Océan, le 16 décembre 2013

Les élections, ça vous fiche sous pression. Reine de Nantes, c'est un truc de ouf. D'abord, le stress avant le discours de présentation. Témoignage à l'appui de la lauréate de l'année, Maryne Bibard. Et puis avant de monter sur le char de la Mi Carême en coinçant le sourire réglementaire tout le long du défilé, elle a été « choyée de cadeaux (bouquet, écharpe, parapluie, foulard, bon d'achat, affiche du carnaval) ». Une telle pluie de cadeaux, c'est incroyable. Heureusement qu'on lui a refilé un parapluie.


> Machin machine

Le Monde, le 13 février 2014

François Delarozière, concepteur des machines, venu de Toulouse à Nantes avec Royal de Luxe en 1989, vit désormais à Toulouse. Où ses projets largement subventionnés rencontrent les mêmes critiques qu'à Nantes. Là-bas aussi, c'est les élections. Un entrepôt toulousain en construction pour rapatrier ses 200 machines est l'objet de polémique électorale. Copinage avec le maire pour l'opposition. Son Minotaure prévu pour octobre 2013 est resté dans les cartons. 2,5 millions d'euros de commande publique, ça fait tousser. Le maire craignait que le coût du machin soit porté à ses comptes de campagne. Les écolos ont gueulé contre la construction de cette énième machine par les ateliers nantais de la compagnie La Machine que dirige justement Delarozière. À quand La Machine en Chine ? Ça rime, on peut avoir une subvention ?


> S'en foutent

Ouest-France, le 3 février 2014

L'hiver 54, il faisait frisquette. 60 ans après l'appel de l'abbé Pierre et des communautés d'Emmaüs, cérémonie en petit comité, dans la rue comme il se doit, place du Commerce, ce 1er février. Les élus ont brillé par leur absence. « Ce matin-là, les personnalités étaient ailleurs : aux Folles journées ou en mairie et préfecture où Jean-Marc Ayrault remettait des légions d'honneur. » Entre soixantenaire, légionnaires et pauvres hères, Ayrault a choisi, de rester au chaud. Nananère.








Partager ce site


Facebook
Twitter
Rss
Mobile